Option LHS: Littérature de la Renaissance - DEFLE - Français Langue Étrangère

Option LHS: Littérature de la Renaissance

Composante : UFR Humanités

Période de l'année : Automne

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Description

La Renaissance est un moment de « découverte » du corps : apparition du nu en peinture, généralisation de la dissection et de la « leçon d’anatomie » dans les universités, publication de textes d’hygiène et de soins du corps désormais écrits en français, apprenant aux hommes à bien vieillir et aux femmes à entretenir leur beauté : textes et images faisant place au corps soudain exhibé se multiplient. Ce contexte induit des gestes qui glissent du privé vers le public, en particulier l’attention portée à son propre corps, à ses plaisirs et à ses douleurs, manifestée par exemple par Montaigne dans l’essai III, 13, « De l’expérience » ou dans son Journal de voyage.

Car le corps à la Renaissance n’est en effet pas seulement le nu triomphant de la Vénus sortant des eaux de Botticelli, ou le corps célébré par les blasons du corps féminin en poésie, c’est aussi le corps confronté aux épidémies de peste endémiques, à cette nouvelle et terrible maladie qu’est la syphilis, les corps suppliciés qui sont monnaie courante pendant les guerres de Religion ou les représentations de la mort, un corps que l’on s’autorise à regarder comme sujet d’étude et dont on décrit les souffrances, parfois au quotidien.

En s’appuyant sur des textes littéraires (Montaigne, Rabelais, le corpus des blasons), sur des textes médicaux et sur des représentations iconographiques (en particulier les planches anatomiques), ce séminaire explorera tous les états du corps à la Renaissance : la notion de beauté et les représentations esthétiques du corps ; le statut des corps divers (le corps des femmes, le corps de ce que la médecine décrit comme des « monstres »), l’altérité du corps (le corps nu des « cannibales »), le corps malade, le corps souffrant, dont celui des « vérolés »… Nous examinerons la, ou plutôt, les places que prend le corps dans la société, l’art et la littérature, la manière dont cette prise en compte est liée à l’émergence de la question du sujet, comment on vit et meurt avec un corps fragile, souvent abîmé, qu’on sait mal soigner…

Bibliographie

Bibliographie indicative minimale :

Pour le contexte général :

- Littérature française du xvie siècle, par Josiane Rieu, Frank Lestringant et Alexandre Tarrête, Paris, PUF, 2001.

- Arlette Jouanna, La France de la Renaissance, Paris, Perrin (Poche), 2009.

 

Bibliographie propre au séminaire :

- Montaigne, Essais, III, 13, « De l’expérience » et Journal de voyage en Italie, édition de Fausta Garavini, Folio Classique, 1983.

- Blasons anatomiques du corps féminin, présentation par Julien Goeury, Garnier Flammarion, 2016.

- Le Siècle des vérolés : La Renaissance européenne face à la syphilis, Une anthologie sous la direction d’Ariane Bayle et Brigitte Gauvin, Grenoble, Éditions Jérôme Million, 2019.

 

- Evelyne Berriot-Salvadore, Un Corps, un destin. La Femme dans la médecine de la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 1993 : accès en ligne via le catalogue Babord +

- Corps sanglants, souffrants et macabres XVIe-XVIIe siècle, sous la direction de Charlotte Bouteille-Meister et Kjerstin Aukrust, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2010.

< Liste des matières

footer-script