Berlin 1 - DEFLE - Français Langue Étrangère

Berlin 1

Crédits ECTS : 3

Cours Magistral 24h

Composante : UFR Langues et Civilisations

Période de l'année : Semestre 1

Formes d'enseignement : Non accessible à distance

Description

  • Berlin 1 (vendredi 15h30-17h30) LKD1M61

 

Volume horaire : 24h CM

Enseignant(s) : Claire Kaiser

Langue d’enseignement : français. Aucune connaissance préalable de l’allemand n’est requise.

Evaluation :     session 1 : écrit 1h (contrôle de connaissances) / session 2 : écrit 1h

 

Les 4 semestres de l’UE Berlin ont pour objectif de présenter l’histoire et la situation contemporaine de l’Allemagne à partir d’un coup de projecteur sur la ville de Berlin, son évolution et sa fonction de catalyseur et réceptacle de transformations qui s’étendent souvent à tout le pays. On attachera une attention particulière aux dimensions politiques, architecturales, sociales et culturelles du développement de cette métropole ainsi qu’aux expressions artistiques, créatives, mémorielles et sociétales des mutations qui ont marqué Berlin.

                                          

LKD1Y6 — Berlin 1 et LKD3Y6 – Berlin 3 (au semestre 3)

 

Enseignant·es : C. Kaiser, P. Huemer, A.-K. Minn [à confirmer]

Berlin, symbole de la guerre froide, au cinéma : (Claire Kaiser)

Après une introduction historique rapide qui revient sur la partition de la ville (1945 -1990), les 6 premières séances seront consacrées à la représentation de Berlin comme capitale de la guerre froide dans l’imaginaire collectif, autour de 2 motifs récurrents, que l’on retrouve aussi bien dans le cinéma allemand que dans le cinéma international :

Le premier motif est celui de l’espionnage qui fut l’une des armes essentielles de la guerre froide, Berlin en étant un point de passage presque obligé. De nombreuses affaires, les unes banales, les autres retentissantes, façonnèrent une image d’un Berlin « nid d’espions » que les réalisateurs allemands et étrangers ont portée à l’écran. Le plus célèbre de ces longs métrages est The Spy who came in from the cold (L’Espion qui venait du froid, Martin Ritt, 1965, Grande-Bretagne), adaptation du roman éponyme de John Le Carré, qui donne à voir le fonctionnement implacable des services secrets de chaque côté du Mur.

Le deuxième motif est celui de la séparation, imposée à partir de 1961 par le Mur, qui en devient le symbole mortifère. De nombreux films illustrent les expériences douloureuses vécues par les Berlinois aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest dans une ville divisée devenue Tränenstadt (« ville des larmes »).

Le cours s’appuie sur des extraits de films (allemands, français, britanniques, américains) qui englobent une période allant de 1946 à 2016.

La suite du programme sera communiquée en début d’année.

< Liste des matières

footer-script